Suivre le vent
Show MenuHide Menu

Archives

June 2013
M T W T F S S
« May   Jul »
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

Aux athées et aux autres

June 21, 2013   

“Si vous êtes athée, contentez-vous de faire le bien et nous trouverons un terrain d’entente”.

Eh bin. Merci, pape.

Je remercie François pour son ouverture envers les gens, relativement nombreux, qui tentent de faire le bien sans avoir une Foi inébranlable en l’idée d’un créateur, d’un grand manitou, d’un Big Brother cosmique, d’un Facebook universel.

Me voilà dans les bonnes grâces du christianisme, soudainement.

Je suis papapprouvé. Je suis Vatican 9002. Je suis certifié Jésus. J’ai reçu les documents officiels par la poste.

C’est pratique.

Parce que le bien, vraiment, j’essaie de le faire. De toutes mes forces, ou presque. Je construis mon C.V. de bonnes actions depuis un moment, je suis presque convaincu que ça a joué en ma faveur lorsque les cardinaux ont inspecté mon dossier.

Alors, d’avoir le papier qui me dit que j’ai un terrain d’entente avec au moins une grande religion, je trouve ça génial.

Parce que je sais qu’ils doivent être occupés à Rome, en ce moment. Depuis que le pape a décrété que les athées pouvaient faire le bien, ils ont tout un tas de nouvelles candidatures pour le paradis à évaluer. Ça fait beaucoup de paperasse, ça fait beaucoup de flou.

Avant le 24 mai, le moment où ce nouveau pape – que j’aime bien, au fond – a décrété que le paradis était disponible même pour les non-croyants, la décision était plutôt simple. La population du paradis avait quelque chose d’homogène et de rassurant.

1. Tu crois en Dieu? Oui – Non.

Oui? Passez à la question 2.

Non? Aller-simple pour les limbes qui sont, à mon avis, bien pires que l’enfer. Zut, j’aurais dû y penser avant.

Passer l’éternité à flotter dans le vide sans que personne ne s’occupe de toi, c’est un peu comme un CHSLD sans fin. En enfer, au moins, ceux qui te font brûler t’accordent un minimum d’attention.

2. As-tu fait le bien?

Oui? Aller-simple pour le paradis. On ne sait jamais vraiment ce qu’on y trouve, mais il paraît que c’est une sorte de voyage dans le Sud avec tous les bonus. On dit même qu’on peut s’y rendre sans avoir besoin de se casser le cul au travail pendant un an ou deux. Tu peux prendre un verre au bar de la piscine épiscopale avec un saint ou l’autre, faire de la moto-marine avec la Vierge ou profiter du soleil en compagnie d’un archange retraité.

Non? Aller-simple pour l’enfer, où on te fera souffrir éternellement pour tes péchés. Tant pis pour toi, mon vieux, fallait réfléchir avant de consulter des sites osés et de passer devant un itinérant sans même le regarder.

Le noir et le blanc ont toujours bien servi les grandes religions. Ce sont des couleurs (pas vraiment, mais bon…) rassurantes et arbitraires qui permettent de classer les êtres humains dans une catégorie ou dans l’autre sans trop se casser la tête.

D’une petite phrase, le pape François vient d’injecter un peu de gris dans cette dichotomie ancestrale. En parlant de terrain d’entente, il suppose que les gens qui ne croient pas dans le Dieu que le christianisme manufacture depuis 2000 ans peuvent tout de même avoir un peu d’allure.

Les cardinaux doivent suer dans leur soutane.

Alors je remercie François de m’accorder une chance. Je ne sais pas si je suis véritablement athée. J’essaie d’y réfléchir le moins possible.

Ça m’angoisse, bon.

Mais je le remercie tout de même de mettre en mots ce que les gens qui font le bien depuis le début de l’Humanité savent sans que l’Église accepte de le reconnaître.