Suivre le vent
Show MenuHide Menu

Travailler fort, ça sert à rien; l’argent fait le bonheur

August 4, 2014

J’ai mis un point-virgule entre les deux.

Pour ceux d’entre vous qui ne sont pas familiers avec le point-virgule, ça veut dire qu’il n’y a pas nécessairement de lien entre les propositions.

Plus personne n’a une crisse d’idée à quoi peut bien servir un point-virgule, alors je préfère préciser.

Pourquoi est-ce qu’on voudrait séparer deux morceaux de phrase sans faire de lien entre eux, de toute façon?

Bref.

Travailler fort, ça sert à rien.

Je vous écris ça parce que tout le monde est persuadé du contraire.

Tout le monde croit qu’en travaillant assez dur, en mettant assez de temps et d’efforts, de jus de bras, on sera forcément récompensé.

Well, peut-être pas tout le monde, mais mes parents en sont convaincus.

Et quand je dis mes parents, je parle des adultes qui n’ont pas un X ou un Y étampés dans le front. Ceux qui font basculer la démographie dans le rouge, ces temps-ci.

Même s’ils ont mis les églises aux vidanges, ils sont encore pris avec ça. Work hard, it pays off.

C’est du judéo-chrétien de bon boss, ça. C’est le paradis et les foutus Champs-Élysées à la fois.

C’est même plus que ça.

C’est la fusion grossière entre les idéaux du capitalisme radical et la promesse d’un monde meilleur au bout d’une existence de dur labeur offerte par la grande majorité des religions du monde.

Moi je vous dis que travailler fort, souvent, ça sert à rien.

Parce que les gens qui travaillent fort pour le salut que ça leur achète au bout du compte, que ce soit un paradis bien shiné ou une retraite a Old Orchard, ont bien de la difficulté à apprécier le chemin.

C’est le chemin qui compte, plus que tout le reste.

Le chemin qui nous fait découvrir des gens et des endroits nouveaux chaque jour ou qui se perd dans la bienfaisante plénitude d’une routine bénie.

Le chemin qui tortille ou suit une ligne droite.

Le chemin d’images, d’odeurs, de sons et de moments, puisque ce sont les émotions et les sens qui nous imprègnent la vie dans le coeur.

En regardant devant soi, on oublie d’ouvrir les yeux sur ce qui se trouve à côté.

Et travailler fort ne sert plus à rien puisqu’au bout du chemin, quand on atteint le Saint Graal, on a oublié comment y boire.

C’est pour des raisons semblables que l’argent fait le bonheur.

Je sais que c’est péché de dire ça.

Mais on ne m’a pas baptisé, alors je suis relativement en sécurité.

Et juste comme ça, je vous révèle un secret terrible à propos de ma naissance.

J’ai aussi une cicatrice en forme d’éclair sur la fesse droite.

I’m the One. L’Élu.

Bref.

L’argent fait le bonheur pour ceux qui savent exactement quoi en faire. Chaque dollar que j’investis me rend plus heureux que le moment d’avant.

Parce que je me connais suffisamment pour gaspiller mon argent dans le chemin qui me ressemble le plus.

L’argent me rend heureux parce qu’il ne remplit pas de vide, parce qu’il n’est pas matériel ou superflu.

Parce que ma Visa Odyssée porte vraiment bien son nom, et que chaque fois que je l’utilise j’ai l’impression de partir pour une nouvelle aventure.

Pour des courgettes au IGA, un foutu lave-vaisselle ou un voyage en Afrique.

Je sais, c’est tabou en crisse de dire que l’argent fait le bonheur, mais je le fais quand même.

Pas parce que je suis riche. Je vis avec un salaire d’étudiant et des prêts et bourses depuis 7 ans.

L’argent que j’ai, aussi limité soit-il, fait le bonheur.

Il fait mon bonheur, parce que j’ai le bon sens de l’utiliser pour ce qui me fait du bien au coeur et à l’âme.

Et juste comme ça, je démolis deux mythes.

Les gens qui travaillent fort sans apprécier le chemin sont aussi ceux qui dépensent leur argent sans savoir comment ou pourquoi.

Et souvent, ils en ont un très gros paquet.

Ce sont ceux qui se réveillent trop tard après avoir vécu trop peu. Qui regrettent et qui regardent, amers, cette route bétonnée qui ne leur ressemble en rien.

C’est une grande tristesse.

Mais c’est ce que je vois chaque jour, je vous le jure.

Alors, travailler fort, ça sert à rien.

L’argent fait le bonheur.

Vous ne me croyez peut-être pas, mais je ne vous demande pas votre avis.

Commencez par réviser vos point-virgules.

 

 

 

 

 

4 Comments
August 4, 2014 at 12:51 am

Salut Vic,
je ne peux m’empêcher de commenter sur ce magnifique texte.

Le problème est rarement l’argent ou le travail mais la relation qu’on entretient avec ces deux concepts. Il existe tellement de malaises pour nos générations à cause qu’on veut pas finir comme les autres (nos parents).

Rien de mal à se dépasser, travailler fort et gagner un salaire dans le respect de ses valeurs. L’important est comme tu dis, de prendre goût au travail et d’en obtenir de la satisfaction.

Ce n’est pas supposé être un mal (“…j’ai hâte que la semaine finisse”) pour un bien (“…mais au moins on va pouvoir aller au Ikea samedi”).

Chaque ligne de ton texte me faisait penser au Dalai Lama:

““Man.
Because he sacrifices his health in order to make money.
Then he sacrifices money to recuperate his health.
And then he is so anxious about the future that he does not enjoy the present;
the result being that he does not live in the present or the future;
he lives as if he is never going to die, and then dies having never really lived.””

:)

    victor_morasse@hotmail.com
    August 4, 2014 at 2:36 pm

    Wow Frank, merci!

    J’adore chaque mot du texte du Dalai lama, le te le vole pour utilisation future.

    Continue de commenter mes textes, j’adore ça!

Kellie Forand
August 5, 2014 at 12:17 pm

Très beau texte Victor, ça fait vraiment réfléchir. Ce qui me saute le plus aux yeux moi, c’est qu’on dirait que la plupart des gens sont ”pris” dans le patern de la vie… qu’ils font juste suivre les autres. Combien de vies ressemblent à ceci: étudier pour avoir un travail pour avoir de l’argent pour s’acheter une maison, deux voitures, une roulette, puis un chalet, puis un bateau, puis tout ce que notre voisin d’à côté s’achète?

Continue d’écrire Victor, ça fait du bien :)

August 6, 2014 at 8:58 pm

Suivre sa route et utiliser l’argent à bon escient. C’est pas travailler fort qui est important ou tout l’argent, mais de travailler bien et d’apprécier ceux qui nous entourent, qui eux enrichissent notre vie. Nos expériences vécues complètent notre vie et forme notre personnalité. Vivez et émerveillez vous tous les jours de ce que la vie vous apporte.

Qu'en pensez-vous?