Suivre le vent
Show MenuHide Menu

Ce que je ne vous souhaite pas pour 2018

December 31, 2017

Entre deux morceaux de pâté et quelques grammes de culpabilité, je me suis demandé ce que j’aimerais souhaiter à mes millions de followers.

Et j’ai rien trouvé.

Si j’en crois vos timeline et autres feed qui fit, vous avez déjà tout ce dont vous avez besoin.

Sur une plage siliconée, devant un sapin de couple ou après avoir enfilé votre pyjama à pattes, vous avez l’air bien satisfaits.

Alors j’ai rédigé une contre-liste.

J’ai fait le décompte officiel de ce que je ne vous souhaite pas pour 2018.

Ça fait pas très confetti sur Times Square, mais c’est tout ce que j’ai trouvé sans sortir de chez moi.

Fait frette, esti.

—-

1. Je ne vous souhaite pas de vous entourer de gens heureux

Même si “s’entourer de gens heureux” fait souvent partie des différentes listes offrant la voie ultime vers le bonheur et le succès, bin je vous le souhaite pas, ne m’en voulez pas trop.

Ça dépend du type de bonheur, par contre, je vous le concède. Entourez-vous autant que vous le voulez de gens joyeux, enthousiastes, optimistes et capables d’apprécier les moments de grâce. Ces mêmes personnes sont souvent aussi angoissées, complexes, incertaines, anxieuses et déprimées à d’autres moments. Ce ne sont pas des catégories mutuellement exclusives, quoi qu’en dise votre expert en santé mentale.

Je ne vous souhaite pas de vous entourer de jouissances plaquées, de citations creuses et de plaisirs qui scintillent. Ces bulles de contentement givré sont faciles à identifier: elles sont catégoriques, rigides et dogmatiques à propos du bonheur. Elles appliquent des recettes en poudre de pensée positive, préparées d’avance et sur-emballées dans du papier-bulle.

Les Betty Crocker de la joie de vivre avec un seau de glaçage à la vanille.

Elles fuient leur part d’ombre à tout prix en détournant le regard du coeur, en ignorant la peine, la peur et la rage qui s’y trouvent bien souvent.

Ça fonctionne pour un temps, mais pas pour toujours.

Et les bulles qui explosent éclaboussent ceux qui se trouvent tout autour dans un carnage de désillusion fumante et de glitter collant.

2. Je ne vous souhaite pas du succès dans tout ce que vous entreprendrez

Un autre classique du jour de l’An qui remporte probablement la palme de la phrase la plus prononcée au moment de serrer la main d’un neveu semi-inconnu dans une salle communautaire rose pâle juste avant de croquer dans un pain fourré le 1er janvier.

Un souhait vide de sens, non?

Parce que si vous entreprenez quelque chose, que vous y consacrez très peu d’effort mais que vous obtenez quand même du succès, bin je vais être fâché.

Je vais passer un appel au karma pour lui rappeler qu’il est une bitch et qu’il doit rebalancer tout ça quelque part, dans cette vie ou dans une autre.

Mais le karma répond pas souvent, je pogne toujours sa boîte vocale.

À l’inverse, si vous entreprenez quelque chose, que vous y consacrez tout votre temps et votre énergie mais que ça fouarre monumentalement, je vais être content.

Un peu triste pour vous, d’accord, mais surtout content.

Parce que même si tout le monde dit que se planter, c’est important pour réussir, rares sont ceux qui y excellent vraiment.

C’est trop raide pour l’ego, se tromper complètement, après avoir mis tous ses vœux dans le même panier.

Alors je vous souhaite d’arriver à échouer, mais pour demeurer dans l’esprit de la contre-liste,

Je ne vous souhaite définitivement pas du succès dans tout ce que vous entreprendrez.

3. Je ne vous souhaite pas de continuer à détourner le regard

J’aimerais que ce soit un souhait et non un contre-souhait.

J’aimerais me le souhaiter à moi autant qu’à vous.

Ce serait plus facile et moins douloureux de continuer à détourner le regard  en tweetant qu’il fait trop froid pour que la planète se réchauffe.

Mais nous n’avons plus vraiment le choix.

Nous venons de passer un autre temps des Fêtes à monter le chauffage, à emballer des centaines de cadeaux, à manger des fruits du Mexique et du boeuf haché à la tonne, à faire des centaines de kilomètres pour nous visiter les uns les autres, à prendre des douches interminables et à jeter des quantités astronomiques de nourriture et de matières non-renouvelables.

Je ne vous en parlerais pas si je n’étais pas coupable de la majorité de ces infractions écologiques. C’est une morale auto-flagellante.

Je ne nous souhaite donc pas d’avoir le loisir de continuer à détourner le regard. À l’inverse, je nous souhaite d’en venir si près du point de non-retour (nous sommes déjà dans la décennie 0) qu’une véritable révolution dans nos façons de vivre devra suivre. Il ne nous reste plus beaucoup de Noëls comme ceux-ci, ils devront bientôt être complètement différents.

Je n’avais que trois contre-souhaits, j’espère qu’ils ne vous ont pas trop plu.

J’ai quand même envie de vous souhaiter une 2018 de vie, de coeur et de connexion. De vrai, de chaud et de significatif. Une 2018 de sens, de couleurs et de toutes les sortes de larmes et de rires.

Je vous souhaite de faire une petite différence dans la galaxie d’un autre être humain, d’offrir de votre temps et de votre âme.

Et même si ma contre-liste a des petits airs de cynisme et de désillusion, je nous souhaite quand même du rêve, du bonheur et de l’amour.

Parce que, vous le savez bien, j’veux encore changer le monde.

Bonne année 2018, mes amis.

 

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *